Il ne peut guère sortir de bons vers de la cervelle d'un buveur d'eau. 

Épicharme 

Poetry is just the evidence of life. If your life is burning well, poetry is just the ash.

Leonard Cohen

La seule signature au bas de la vie blanche, c'est la poésie qui la dessine. 

René Char 

Poetry is not an expression of the party line. It's that time of night, lying in bed,

thinking what you really think, making the private world public,

that's what the poet does.      

Allen Ginsberg

fugaces

quatre saisons

 

l'arbre meurt

pauvre arbre

c'est l'automne

impitoyable

impitoyarbre

l'arbre est mort

c'est l'hiver

qui l'a tué

de son éclatante 

blancheur

non

regardes

l'arbre vit

le printemps 

l'a ressuscité

il pourra encore

abriter notre amour

cet été

                                                        07.02.1968​

guerre

ruisseau coule

          sang coule

doux bruit

          cris d'horreur

c'est la guerre

          aux armes

ruisseau coule

          doux bruit

canon tonne

          j'ai peur

ruisseau coule

          emporte mon coeur

                                                          16.10.1968​

          regards

oeil noir

regard de toi

regarde moi

regard de moi

regarde toi

coeurs noirs

regardez-vous

regardez-nous

nous sommes heureux

sans vous

                             16.10.1968

reflets de l'amour

sur l'eau calme

deux ombres

s'enlacent

                                                                01.11.1968

la promenade du chien

le chien se promenait

comme tous les soirs

suivant les trottoirs

s'arrêtant

de temps en temps

pour satisfaire ses besoins

besoins de chien

évidemment

et il s'amusait souvent

car il regardait 

les hommes

ceux qui s'embrassent

ceux qui se tuent

tendresse d'un baiser

violence d'un pistolet

que de contradictions

chez ces humains 

se disait le chien

tout en continuant de se promener

et il rencontrait

un clochard

claquant des dents 

sur un banc

puis un peu plus loin

un gros richard

fumant son cigare

dans une belle limousine

noire

avec chauffeur assortit

alors le chien secouait la tête

et tristement

la queue pendante

comme un chien qu'il était

il continuait sa promenade

un peu plus loin

le même spectacle

toujours le même

spectacle

alors il prenait la fuite

s'éloignant des chemins

que fréquentaient les humains

et il se disait que

tout compte fait

une vie de chien 

c'était beaucoup mieux 

qu'une vie d'humain

 

 

                                                                             07.11.1968

intempéries

le vent hurle

l'orage gronde

éclate

se répand

en longs sanglots

et tu es la

serrée

contre moi

tu as peur

tu as froid

j'avais pourtant rêvé 

à des cieux 

plus cléments

pour nous deux

heureux amants

                                                 12.11.1968

le grand théatre

la tête courbée

devant toi

j'avais l'air de quoi

un pantin peut-être

que tu agitais de

tes mains

si belles

si agiles

mais petit à petit

les cordes se sont

usées

les cordes se sont

cassées

le pantin a cessé 

de remuer

le pantin a cessé

d'accepter

c'est ce jour là

qu'il est partit

c'est ce jour là

que tu as compris

que l'amour

ne pouvait pas 

admettre

dans son grand théatre

les montreurs de marionnettes

                                                        20.11.1968

USA

à lire en écoutant

"a saucerful of secrets"

pink floyd - 1968

san fransisco

          ville 

          bruits

          couleurs

          et sons

          bruit des

          couleurs

          très fort 

                                            blancnoirjaune

                                               rouge aussi

          vert

          bleu

          et blanc

          océan

mouvant immobile

          derrière

          un écran

          de celluloïd

          vaporisé

          chimérique

chinamérique

pagodes

buildings

boudhachrist

                                                    enfin

                                         nous             parmi eux

                                                               

                                                     22.11.1968​

electric circus

 

infini

cubique

bleu et noir

avec des

soleils

rouges ou jaunes

verts ou blancs

partout

avec une

grosse

bulle de savon

flottant sans façon

dans une atmosphère

inodore

avec des hommes 

dans la grosse bulle

de savon

appuyants

sur des boutons

boutons de fièvre

fièvre d'une musique

sans raison

avec des pieds nus

sur un plancher 

de pierres froides

ou nagent 

des millions 

de papillons

avec des présidents

sur les murs

avec des poussettes

d'enfants

avec des enfants

d'enfants

dedans

avec des balais

de sorcière

et des linceuls

de cimetière

avec toute la

folie

d'un monde 

réel dans un

irréel en folie

avec la drogue 

du mexique

venue de l'alabama

transformée 

en musique

avec toute la 

poésie merveilleuse

amoureuse

qui arrive par

bouffées de

washington square

c'est ça

l'electric circus

cirque infernal 

et fantastique

                                                                                                                        24.11.1968

independance day

des ombres de lumière 

flottent sur le macadam

électrisé

la brume se réveille

se secoue se lève

s'en va

lambeaux gazeux et flous

dévoilant des tours de babel

de béton gris

ou s'allument et s'éteignent

de petits éclairs

un taxi fou klaxonne

à coeur perdu

sur la cinquième avenue

un chien triste et solitaire

lève la patte

lentement

fatigué par une nuit

d'errance

un homme noir

lit son journal adossé à

un arrêt d'autobus

attente matinale et monotone

attente d'une vie dont il n'y a 

plus rien

à attendre

le métro gronde sourdement

dans les entrailles de la ville

un remorqueur hulule au loin

sur l'hudson

plainte déchirante

un être désespéré

se jette dans l'eau tumultueuse

du georges washington bridge

malaise angoissé

une moiteur sournoise

écrase déjà la ville

pesanteur amorphe sur plus de

huit millions de personnes

il est quatre heure du matin

le quatre juillet

c'est la fête de l'independance day

                                                               02.12.1968​

directions

est

route des indes

passant par les 

bords

de la méditerranée

allah

haschich

voyage dans un voyage

et puis surtout

désert et solitude

grand désert 

aux sables immobiles

et puis surtout

les indes

bouddha chanvre indien

cithare dans un voyage

pouvez-vous m'expliquer

ce que je fous ici

ouest

route de l'amérique

passant par l'atlantique

christ

mais décrucifié

reconstitué

et puis surtout

marijuana

du mexique

voyage dans un voyage

et puis surtout

musique colorée 

des noirs

des bords du mississipi

pouvez-vous m'expliquer

ce que je fous ici

entre les deux

                                                               24.11.1968

usa 1967

 

une douce torpeur m'envahit          serpent silencieux glissant dans l'herbe jaune et rase

propagation de cet état

anéantissement de l'esprit de l'être simple

plus de ravages ce soir

plus de carnages

personne ne rêvera au désespoir

tout est calme doux cotonneux moelleux peau satinée de la femme aimée frémissement tendre sous ma main

des comètes traversent mon âme traits brulants d'amour

visions passées présent qui aura peut-être un futur

                               je te revois grand canyon

                               ocres et verts chatoyants plaie et bosses d'une terre émotive au coeur brisé

                               précipices effrayants démesurés attirants

                               beauté profonde

                    je rencontre au coin de la 5 ème avenue

                    un texas en fleurs et fêtes

                    un texas en délire

                    cowboys de graham city

                    jonglants habilement de leur vie

                    sur des taureaux écumants et fous

                    bravos

                                                          je rencontre des gratte-ciel skyscrapers

                                                          démesurés

                                                          regard saoul qui les admire

                                                          beauté rectiligne

                                                          harmonie du cube

                                                          fenêtres vides à minuit

                                                                                                  grouillantes à midi

                                                           insectes laborieux dans un univers de verre et de lumières tourbillonnantes

mon âme et mon esprit voyagent à prix réduit

hitch hike le long des autoroutes

mustang et lincoln

                                 chevaux maitrisés par de petits pieds

l'homme a dompté la bête

                                              la machine domptera l'homme

                    je te revois greenwich village

                    ta poésie

                    tes boutiques de verroteries

                    ta folie sereine au pied de la fontaine de washington square

                    merveilles à prix réduits

                                                              lunettes étranges

                                                                                             prismatiques

                                    monde rouge comme du sang rouge et sang monde le sang coule dans le monde

                                    image cruelle oubliez

                     je te revois aussi martha

                     tes petits seins roses et frais

                     seins têtus

                     drôles de petits jouets

                     dans la lumière tressaillante du poste de télévision

                     douzième chaine troisième étage

                                                                               je te revois tommy

                                                                               cheveux au vent dans la nuit

                                                                               tu cours et tu chantes

                                                                               oh tommy joues encore de ton piano

mais il faut partir toujours voir du nouveau chercher le beau l'irréel le monde tel qu'il est

                    je te retrouve ymca

                    puante

                    accueillante

                    bruyante

                    amour à tous les étages

                    drogue à tous les étages

                    ymca de vie

                                       je te retrouve continental trailways

                                       greyhound

                                       monstres climatisés

                                       cent mille per hour sur des chemins

                                                                   lisses

                                                                   sans fin

                                                                   gigantesque monotonie du paysage

                                                                   joie éclair dans le temps

                                                                                                 tu es la aussi chicago

                                                                                                 divers modernes et anciens divers

                                                                                                 c'est le grand standing du ghetto

                                                                                                 c'est le noir du blanc

                                                                                                 tout est gris mais tout est beau

                                                                                                 tours de babel

                                                                                                                       trinité immuable

                                                                                                                                                     avec des petits bateaux qui vont

                                                                                                                                                     sur l'eau

                                   et le bus repart direction infini au milieu d'un parking prolétaire milliers d'automobiles

                                   coloris ondulants sous un ciel d'enfer

                                   le grand voyage commence

                                                                                     quand s'arrêtera-t-il

                                                                                                                           jamais sans doute

                                                               jamais

                                                                           souhait

                                                                                         prière

                                                                                                     invocation

                                    arrête-toi merci mon dieu si c'est toi que je dois remercier

                                    arrêt tout le monde descend ici c'est le paradis

                                                             canettes de bière

                                                             dans un parc public garden

                                                             richmond californie

                                                             apparition fulgurante

                                                                                                 deux fées dans une fenêtre au contour d'acier c'est ça la

                                                                                                 beauté

                                                             attention police secours existe aussi secours qui frappe et abat

                                                             les innocents

                                                             dans la chaleur moite de la nuit

                                                             l'océan chante tout près

                                                             fuite éperdue dans ce pays

                                                                                                            fuite vers le mississipi qui s'arrête 

                                                                                                            à oakland bay

                                                                                    je te revois pont lumineux phosphorescence extravagante

                                                                                    étoile dans les étoiles

                                   je te revois haight ashbury avec tes cris formidables

                                   musiques fantasmagoriques

                                   tout simplement fantastiques

                                   marijuana

                                                      lsd 25 acide lysurgique

                                                                                              haschisch

                                   heureuse évasion pas d'écrasement possible

                                   constante recherche de l'existence illégale du néant

                                                                sans forme

                                                                                     et qui pourtant possède des fesses

                                                                                     possède un vagin béant qui s'ouvre et se ferme et crie à

                                                                                     l'aide

or noir

la poussière vole dans les rues

poussière jaune au toucher râpeux

ou se mêlent des papiers graisseux

et des images de femme nues

enveloppant d'étranges créatures

titubant et butant sur les trottoirs

se jetant quelquefois sous une voiture

qui passe comme un éclair sans les voir

créatures incolores du désespoir

créatures noires prisonnières éternelles

des murs gris qui les dominent

er méchamment cache le ciel

créatures imbibées par cette bière

que l'on peut trouver n'importe ou

la ou des hommes d'une autre couleur

vous la vende pour rien du tout

c'est tout ce qu'elles peuvent faire

pour mêler la gaieté et la douleur

pauvres créatures qui lèvent la tête

vers des échelles qui descendent des parois

de ces arbres de béton en putréfaction

vieilles malgré leur air de fête

rouillées par tant d'années d'inaction

et les créatures se disent doucement

que si ces échelles montaient vers le bleu

au lieu de descendre inutilement

vers l'enfer alors ils seraient heureux car ils verraient un peu de couleur

avant d'aller désespérément travailler

rouge orange et jaune surtout

cette couleur fantastique celle de l'or

dont ils voudraient connaître le gout

mais les échelles ne montent pas du tout

                       dans les ghettos

                       de ce pays si beau

                       de ce pays de l'or

                                                              15.01.1969

déjà mort

à lire en écoutant

"l'île des morts"

Sergueï Rachmaninov

une histoire

il est minuit

le gardien de l'écluse ganté casqué botté père d'un

            certain nombre de morts attends depuis pas

            mal de temps déjà qu'apparaisse un serpent

            pour ouvrir ses portes de l'infini

la grand-mère de l'éclusier vieille d'au moins

            cinq cent ans commence vraiment à devenir                          vraiment vieille elle n'a même plus la peau

            sur les os c'est un squelette blanc simple et

            beau elle a perdu son chapeau en saluant

            le passage du dernier serpent il y a bien

            longtemps

la pendule dans la pièce sans mur ni plancher ni plafond

            se tient toute droite malgré ses rhumatismes 

            elle nous regarde tous avec son oeil

            unique et immobile

l'espace est peuplé de serpents mais il n'y a qu'une seule

            écluse et les serpents le savent et ils ne viennent

            plus et il ne viendront pas et ils ne viendront plus

            et nous nous attendons que la pendule sonne                        douze coups douze coups de midi

nous attendons le jour ou nous sortirons de la nuit

                                                                                   25.11.1968

vision

des bras décharnés surgissent

d'un néant grotesque

et battent l'air

sans espoir

des yeux solitaires roulent sur

un désert immense

et se perdent

à l'infini

impossibilité de la vision réelle

des voix caverneuses

se heurtent contre des

falaises de béton

qui ne font même pas 

échos

à leurs supplications

inutilité de la parole

des coeurs sanguinolents

blêmissent peu à peu

meurent enfin dans une

plainte déchirante

vanité de l'amour

des corbillards défilent 

sans arrêt dans cette vie 

ou le feu est toujours vert 

pour la mort

futilité de la vie

                                            06.12.1968

la vieille

une vieille pliée sous son fardeau s'arrête dans le sentier

pour me regarder

pour me questionner

voyant que je ne la comprends pas bien

elle se met à crier

ouvrant large sa bouche édentée

mais la voix de la vérité

ne peut pas percer 

ma surdité mentale

elle pousse un soupir et s'accroupit

devant moi

une heure cent ans

elle me fixe dans le blanc des yeux

je pense à autre chose

elle tend la main vers mon pied

vers mon âme

en touche toutes les plaies

comme on lave de toute tache

un vase sacré

la pointe de ses doigts est très douce

enfin elle me pose une question que je comprends

elle me demande si là-bas dans les pays lointains

j'avais encore une mère

je fais oui de la tête

alors ses doigts tracent sur ses joues

des allusions aux larmes

et je fais oui de la tête

                                                                              05.08.1969

folie

un silence d'acier

m'étreint

étau féroce qui se 

referme

sur mon esprit

                 vide

                 ennui

                 ennui

                 ennui

un rire dément

résonne

soudain

cloche de mon délire

tocsin de ma folie

                 vide

                 ennui

                 ennui

                 ennui

et je m'écroule

dans la nuit

folie tu me guettes

je suis ta proie

plus rien ne peux

me dérober à toi

                 allons viens

                 viens

                 viens

prend moi dans tes bras 

et puis serre moi

                 serre

                 serre

que j'étouffe

                 enfin

que je crève

                 enfin

que l'on m'oublie

                 enfin

                                           04.12.1968

vanité

l'homme

penché

sur l'eau

est surpris

par le soleil

éclatant

et dans une

étrange

luminosité

il retrouve son

ombre

 

bercée

bercée

et puis

doucement

tout doucement

brisée par le vent

qui se lève

comme elles sont

frappantes

soudain

les ruines

de la limpide immensité

                                            31.01.1969

III

saoulerie du vieil

ornithorynque dans un

paysage inorganique

horrible fuite du vide

inconsistant excrémentaire

écrasement moelleux 

sous le talon des bottes 

originales du ss de la 

pauvre cervelle juive

hope de qui

je ne peux

interrompre les combats

éclatements des dents de 

sept milliards de combattants

ornements pour collier

petites perles carrées

humaines

hors de prix

incroyablement brillantes

et je tremble à ces mots

sauvage délire du poète

ovalisation d'un oeuf

planté dans mon coeur

hermétique et mal arrosé

et l'oeuf ne peut pas pousser

son éclosion donne

obligation d'exister au 

pauvre être mal formé

hideux

irréel et merveilleux

étonnante vérité

seule ton omniprésence peut me sauver des

horreurs de ma pensée

installe moi dans tes bras 

et berce moi

                                            18.01.1969

le royaume de dieu

la misère qui pourrit

dans les rues

me saute à la gorge

et m'étrangle

de ses mains qui sentent

le poisson

dans un râle étrange

je m'étends 

sur le trottoir

au milieu 

des poubelles renversées

je regardes 

tout la haut dans le ciel

les étoiles

scintillantes et mystérieuses

et dans une dernière

illumination

je ferme les yeux

je quitte le monde

pour le royaume de dieu

                                            27.01.1969

V

ce monde de culs-terreux

d'aveugles et de pieds-bots

de cancéreux et de boiteux

de goitreux et de manchots

je l'oublie en me saoulant

ce monde de guerriers

de bombes et de tués

d'atomes et de prisonniers

de napalm et de mitrailles

je l'oublie en me droguant

ce monde de divorcés

de veufs et d'orphelins

de bordels et d'asexués

de maqueraux et de putains

je l'oublie en te regardant

car tu es mon alcool

car tu es ma drogue

car je suis ton amant

 

                                            18.01.1969

VII

dans la solitude de la nuit

mon âme s'évade s'évanouit

disparait malicieusement sans bruit

ou s'en va-t-elle ainsi

oiseau des ténèbres

ou s'en va-t-elle ainsi

sans me le dire

ou s'en va-t-elle ainsi

si heureuse 

si légère

oh mon amour

tu le sais

car au milieu de la nuit

mon âme va se blottir

dans la douceur

de ce petit nid

dans la douceur

de ton coeur

                                               27.01.1969

dépression

- I -

dans la froide pâleur

d'une luminosité triste et solitaire

une créature squelettique

au regard vide

famélique

se penche sur son labeur

                   s'enivre de malheur

                   se saoule de mystères

- II -

d'étranges fumées crépusculaires

dansent autour d'elle

ballet fantastique

                    de chair

                    de métal

                    de sang

- III -

 

une main difforme

                    démesurée

la saisit et broie son âme

            effroyables craquements

                    os brisés

                    cervelle dégoulinante

sur le parquet d'une société lugubre et puante

- IV -

 

la main s'éloigne

s'empare avidement d'un grand coutelas

                              d'étain

luisant et ruisselant

sous le néon violent

le couteau frappe et coupe

                          et coupe

                                          et coupe

                          et coupe

                                          coupe

- V -

 

des dizaines des centaines des milliers

de têtes d'enfants

                               aux yeux innocents

sont ainsi décapitées

                                    têtes décapitées

                                    macabre pléonasme

                                    insister sur la vérité

- VI -

les yeux se ferment

                    yeux naïfs et tendres

                    grincement désespéré

                    grilles de l'enfer

gémissantes sur leurs gonds rouillés

 - VII -

sinistre apocalypse d'une agonie

                    délirante

                                    incessante

fresque de l'absurde peinte

                    avec grâce

par les douloureuses

gouaches de l'angoisse

- VIII -

maladie congénitale

               cancer totalitaire

                            incurable dégénérescence

trop brutale prise de conscience

                            de l'existence illégale

                                      du

                                    néant

- IX -

                                    néant

                       néant avide insatiable

                                    de pleurs

                                    de cris

                                    de peur

                                     néant

néant repoussant  inconsistant

                       qui nous accable

                                     néant   

 

  - X -

 

l'immonde créature se traine

                        trébuche

                                         tombe

                        se blesse sur l'obscénité

                        piétinements inutiles

                        pépiements d'oiseaux

                        dans les branches du

                                                             péché

                                                             pêché

                        en fleurs au printemps

                           - XI -

le soleil se lève sur une aube

             nouvelle

                             nouvelle par son impuissance

             à détruire les images

                             grotesques

             d'une nuit qui ne veut

                                   pas

                               s'en aller

  - XI -

tout recommence pour ne plus

jamais

s'arrêter

 © 2019-24 by Patrice Elmer